Centrafrique : Doit-on dévoiler l’identité des personnes atteintes de la Covid-19 ?
By MSO actualités 0 comment
20/Avr Centrafrique : Doit-on dévoiler l’identité des personnes atteintes de la Covid-19 ?

Bangui, 20 Avril 2020— Depuis la déclaration du premier cas confirmé de la maladie à Coronavirus en Centrafrique, le 14 mars 2020, l’âge, le sexe et la provenance sont les principales informations données par le ministère de la santé publique et de la population dans ses communiqués. Des informations jugées insuffisantes par des curieux, pourtant assez essentielles selon le ministère.

 

 

Ne pas dévoiler l’identité complète des patients suscite des débats contradictoires en Centrafrique. « Pourquoi on ne donne pas les noms des malades, les quartiers des personnes testés positives du covid-19 ? Ailleurs, si c’est un ministre qui est atteint on le dit publiquement et ouvertement, mais pourquoi pas ici ? Que manigancent le gouvernement et ses partenaires au tour de cette maladie ? Je ne croirai pas à cette maladie tant qu’on ne me dit pas un jour le nom du patient pour m’édifier », laisse entendre Joseph un couturier centrafricain, dubitatif au sujet de la maladie.

 

Comme ce dernier, Louise ne croit pas en présence de cette maladie. Pour elle, le mieux c’est de faire parler les parents des patients. « Le mieux c’est de nous dire où et qui est malade réellement. Cela nous aidera à prendre plus de précautions. Jusque-là, aucun parent ne s’est plaint de l’état d’un membre de sa famille victime de cette maladie. Donc, pour moi, c’est du bluff. », déclare-telle.

 

Des informations utiles.

 

Plusieurs facteurs sont aujourd’hui liés à l’avènement de la Covid-19. La stigmatisons des cas importés et des messages de haine sur les réseaux sociaux. Pour le ministère, seules des informations utiles doivent être communiquées. « Le principe de la gestion de cette épidémie, est basé sur le respect des droits humains. Ce n’est pas en sachant que telle personne est infectée qu’on se protégera mieux. Dans une certaine mesure, on ne donne même pas les institutions non plus », réfute Docteur Pierre Somsé, ministre de la santé.

 

L’article 3 de la charte de Bonne conduite recommande la non-stigmatisation, des droits et de la dignité humaine des personnes affectées par la Covid-19. « Toute information ou publication relative à covid19 ou aux crises de santé publique doit tenir compte des impératifs de respect des droits humains garantis par la Constitution et les lois de la République centrafricaine ».

 

 

Grace Ngbaleo

Previous Next
Comments (0)

Laisser un commentaire