RCA : Les sites déplacés internes face au Coronavirus
By rosmon actualités 0 comment
24/Avr RCA : Les sites déplacés internes face au Coronavirus

Après la déclaration des premiers cas de contamination en RCA par le Ministère de la Sante et de la Population (MSP), les autorités centrafricaines ont annoncé fin mars des mesures visant à endiguer la propagation de ce virus sur le territoire. Si les informations fournies par le Ministère en charge de cette pandémie le week-end dernier sont encourageantes, avec notamment 19 cas de contamination à ce jour, vendredi 24 Avril 2020, dont 10 cas déclarés guéris, les autorités se confrontent à de véritables défis pour faire respecter les mesures barrières en provinces et surtout sur les sites de déplacés internes.

Récit. 

Dans la plupart des régions, les autorités préfectorales ont mis en place des comités de gestion de crise sur instruction des autorités centrales. Avec la contribution des acteurs humanitaires et de la Minusca, ces autorités travaillent d’arrache-pied à l’élaboration de stratégie ainsi que d’un plan d’action y relatif au niveau local pour faire face à cette pandémie.

 

Plus difficile à mettre en œuvre, la stratégie de prévention sur les sites des déplacés internes. Les chiffres sont révélateurs. Il y a plus de 600 000 personnes qui vivent sur plus de 70 sites, en famille d’accueil et dans des lieux de regroupements. Et faut-il le rappeler, ces personnes vivent dans la promiscuité et sont exposées à tout type de maladie. Plus encore la COVID-19. D’abord, la plupart des huttes où vivent ces déplacés internes sont petites de taille avec un grand nombre de résidants dans le ménage. Ensuite, les acteurs humanitaires procèdent à l’assistance de manière groupée. Par exemple pour que le Programme Alimentaire Mondiale(PAM) distribue des coupons alimentaires à Kaga-Bandoro ou les vivres à Batangafo, Bria, Bambari…, il faut faire rassembler les bénéficiaires. Alors que les rassemblements de plus de 15 personnes sont interdits, comment faire pour, à la fois répondre aux besoins des personnes vulnérables qui dépendent de cette aide mensuelle pour survivre et en même temps, respecter les mesures prescrites par les autorités centrales et relayées par celles préfectorales.

 

Un autre défi et non le moindre, concerne la fourniture en eau. Sur les sites, les bladers sont installés pour permettre aux ménages de s’approvisionner en eau. Des diapositives de lavages de main doivent être également installes pour lutte contre cette maladie.

 

Si les acteurs humanitaires sont mobilisés en élaborant par secteur les stratégies pour l’adaptation de leurs activités en respectant les mesures barrières, beaucoup reste à faire. On constate de manière satisfaisante une grande mobilisation. Par exemple certains acteurs s’emploient à installer des kits de lavage de main, sensibiliser sur les mesures barrières mais il faut aller au delà pour installer des thermos flash sur les sites des déplacés ainsi que les principales portes d’entrées aux préfectures pour éviter que cette pandémie n’endeuillent davantage ceux qui vivent dans une précarité totale. Et le gouvernement et ses partenaires doivent s’y pencher maintenant.

Baba Mahamat.

Previous Next
Comments (0)

Laisser un commentaire