Coronavirus : Face à l’explosion du nombre des cas, l’Etat centrafricain décide d’isoler plusieurs de ses régions
By rosmon actualités, factchecking 0 comment
28/Avr Coronavirus : Face à l’explosion du nombre des cas, l’Etat centrafricain décide d’isoler plusieurs de ses régions

Plusieurs régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest de la Centrafrique sont ciblées par un arrêté interministériel publié le lundi 27 Avril 2020, interdisant les transports interrégionaux des voyageurs. Cette décision intervient par suite de l’explosion du nombre des cas de la Covid-19 ces derniers jours avec un record des cas importés.

 

En 72 heures, le nombre des cas testés positifs a triplé en Centrafrique. Pas de doute, le contact physique entre les personnes est à l’origine de cette hausse.

 

Le pays compte désormais 5O cas avérés dont 40 sous traitement et 10 cas de guérison signalés. « Les gens ne respectent pas les mesures édictées. Les places des veillées funèbres sont toujours bandées de gens. Les bars sont toujours serrés, le transport en commun y compris les bousculades au marché », s’indignait Pierre Somsé, ministre de la Santé et de la population.

 

Comme palliatif, le mouvement des passagers entre plusieurs régions du Nord-Ouest et Ouest-Sud ne sera plus possible pour une durée de 1 mois en République centrafricaine. Les principales liaisons de transport concernées sont : Bouar-Béloko, Berbérati-Ngamboula, Bocaranga-Ngaoundaye, Nola-Yantchi, Bangui-Bouar, Bangui-Berbérati, Bangui-Nola,Bangui-Ngaoundaye et Bangui-Paoua.

 

Si ces régions sont particulièrement visées, c’est d’abord à cause de leur proximité avec le Cameroun, l’un des pays d’Afrique les plus touchés par le Coronavirus. Elles ont également un lien commercial entre elles, mais également avec Bangui, capitale du pays.

 

Cependant, le transport des marchandises sera maintenu, selon cet arrêté.

 

Inquiétude.

 

Depuis la chute des coopératives et la réforme embryonnaire de la Chambre d’Agriculture, le commerce interrégional est totalement désorganisé. Nombreux paysans et éleveurs préfèrent un accompagnement de leurs produits.

 

Pour cet ancien membre de la Fédération des Eleveurs de Centrafrique (FNEC), c’est le début d’une grande crise. « Il ne sera pas possible pour moi d’envoyer mes bœufs pour la vente dans une région ou même à Bangui sans me rassurer que quelqu’un soit à côté. Cela n’est pas simplement possible. », confie ce dernier sous l’anonymat avant de présager une chute totale de l’économie. « Ce qui encourage les agriculteurs à produire, c’est la vente des produits de leurs récoltes au marché. Ce qui lie aussi les éleveurs nomades avec le reste du monde, c’est le besoin de s’approvisionner au marché. Je crains une catastrophe si d’autres dispositions ne sont pas prises… ». 

 

Une économie dépendante, un Etat fragile.  

 

La République centrafricaine tourne sur une économie dépendante en grande partie du port de Douala au Cameroun. Les autorités camerounaises avaient décidé au mois de Mars 2020 de fermer ses frontières avec ses voisins, y compris avec la Centrafrique. Le pouvoir de Bangui craignait des graves conséquences sur son économie et la survie de sa population. Des allégements avaient été accordés, à condition que les restrictions de mouvements dans le contexte de la Covid-19 soient appliquées. Malheureusement, la Centrafrique, un Etat fragile, ne dispose pas des capacités nécessaires pour assurer un suivi de ces décisions. Une situation qui laisse craindre une augmentation des cas de contamination en plus d’une situation humanitaire déjà alarmante dans la plupart des régions concernées par l’arrêté signé par le ministre de la Sécurité publique, Henry Wanzé Linguissara et celui de Transport, Arnaud Djoubaye-Abazene, le 27 Avril 2020 à Bangui.

 

D’après la Coordination humanitaire en Centrafrique (OCHA), près de 2,6 millions de personnes ont besoin d’assistance et de protection humanitaire, ce qui représente plus de la moitié de la population. Parmi elles, 1,7 million de personnes ont besoin d’une assistance immédiate pour survivre.

 

 Z. Rosmon

Previous Next
Comments (0)

Laisser un commentaire