Coronavirus :  Contre toutes restrictions, des éléments de la sécurité marchandent la levée des dépouilles mortelles à l’hôpital de l’amitié à Bangui
By rosmon actualités, factchecking 0 comment
2/Juin Coronavirus :  Contre toutes restrictions, des éléments de la sécurité marchandent la levée des dépouilles mortelles à l’hôpital de l’amitié à Bangui

En Centrafrique, les mesures édictées par les autorités restent difficiles à observer. Bien qu’elles visent à contenir la maladie à Coronavirus, d’autres personnes trouvent le moyen de les contourner.

 

Il n’existe pas encore un protocole national pour la gestion des dépouilles liées au Coronavirus en Centrafrique. Mais dans le contexte de l’épidémie, la gestion des « décès non Covid-19 » est désormais règlementée par le Ministère de la sécurité publique. Le but principal est d’éviter des rassemblements d’un nombre important de personnes et de faire respecter les mesures barrières.

 

Des éléments des Forces de Sécurité Intérieur (FSI) sont déployés à l’entrée des hôpitaux et des morgues. La levée de toutes dépouilles mortelles est fixée à partir de 12 heures et seulement 15 membres de la famille sont autorisés à y assister. D’après l’arrêté, largement diffusé, la police est aussi chargée d’accompagner les cortèges jusqu’au lieu d’inhumation. Mais d’après les témoignages recueillis par Talato.cf, ces directives sont violées avec la complicité de certains éléments des FSI chargés de veiller au strict respect desdites directives.

 

« Cela n’allait pas être facile pour nous de faire notre deuil sans se rassembler en famille. Notre oncle s’est arrangé avec les gardes pour qu’on puisse prendre le corps de la tantine très tôt à 4 heures du matin », témoigne le parent d’une femme décédée dont les obsèques ont eu lieu comme prévu par la famille.

 

D’autres témoignages indiquent les jours ou circonstances favorables pour contourner les restrictions. « J’étais de garde à l’hôpital. J’ai suivi comment les FSI ont facilité la levée d’un corps. Certains collègues m’ont aussi affirmé que les éléments de la sécurité perçoivent de l’argent pour ça. C’est même eux qui planifient l’opération dans la clandestinité. Le samedi et dimanche ont été favorables pour eux parce qu’il y a moins de mouvement au sein de l’hôpital le matin. », mentionne une source hospitalière.

 

Des agents de sécurité privée (Fox) confirment ces faits et pointent du doigt l’irresponsabilité des familles.

 

« Il y a un rituel qui accompagne chaque levée des dépouilles. Chaque famille veut respecter cette tradition. Les directives seront difficiles à faire appliquer parce que les familles sont prêtes à tout pour briser cela. Sans bakchich des incidents ne manqueront jamais. », explique l’un des agents de sécurité privée rencontrés surplace.

 

Le Ministre de la sécurité publique et son Directeur de cabinet n’étaient pas joignables pour donner leurs avis sur ces faits. Des incidents impliquant les FSI, le personnel soignant et les familles endeuillées se sont multipliés ces derniers temps à cause des dispositions relatives à la Covid-19 édictées par les autorités.

 

Z. Rosmon.

Previous Next
Comments (0)

Laisser un commentaire