Covid-19 en RCA : Axelle Madozein propose à prix abordable des masques de fabrication locale
By rosmon actualités 0 comment
1/Mai Covid-19 en RCA : Axelle Madozein propose à prix abordable des masques de fabrication locale

Lancé sur fonds propres, l’atelier d’Axelle Madozein, propose aujourd’hui des masques de fabrication locale pour protéger la population centrafricaine de la maladie à Coronavirus.

 

« J’ai vraiment l’intention de protéger tout le monde en République centrafricaine avec mes masques. Cette maladie est réelle et je suis sensible à la dimension humaine de la crise… », lance Axelle Madozein.

 

Axelle Madozein a 29 ans. Elle fabrique des masques pour tenter de protéger les personnes en Centrafrique. Responsable de « Axelle Mad », la marque qu’elle a créé lors de son voyage d’étude à Ghana, elle est l’une des jeunes bénéficiaires du programme « Mandela Washington fellowship sur financement des Etats-Unis » fin 2015. Alors, elle a décidé de retourner en Centrafrique pour se lancer dans l’entreprenariat. La couture n’est pas son unique affaire. Axelle Madozein possède également plusieurs startups dont d’autres en gestation.

 

Pour cette jeune femme: « la pandémie du Coronavirus devient de plus en plus préoccupante pour mon pays la RCA ». RCA, l’un des pays d’Afrique Centrale. Le manque des moyens pour garantir une protection équitable pour l’ensemble de ses habitants fait également de cette nation, l’un des pays les pauvres au monde.

 

De la mauvaise qualité des soins à la crise militaro-politique en passant par un revenu faible de la population, Axelle Madozein entend combler le gap par la vente de ses masques réutilisables.

 

Le salaire moyen en Centrafrique est de 35 000 FCFA. Les soins pour les victimes de la Covid-19 sont pour l’instant encore à la charge des patients. Axelle Madozein, souhaite alléger la souffrance. « Il est vrai que je suis dans le business. Le masque se vend à 2000 F CFA la pièce et il est réutilisable. Mais, la dimension humaine de la crise me préoccupe énormément. C’est pourquoi, je veille personnellement à la qualité de mes masques et le prix va avec la qualité ».

 

En parlant de la qualité, Axelle Madozin avoue qu’elle a étudié les différences qui existent entre les masques chirurgicaux et ce qui existe sur le marché local. « J’utilise les pagnes de très bonne qualité en coton et de la popeline de coton pour la fabrication de mes masques. D’autres tissus peuvent irriter la peau des personnes sensibles. Un tissus est placé à l’intérieur entre la doublure pour ajouter une protection pour la personne qui l’utilise.», explique Axelle Madozein.

 

Elle a une passion pour la couture, c’est à 200 villas, à 50 m derrière la tribune à Bangui, qu’elle a choisi d’installer son atelier où travaillent ses 3 autres collègues Aureka Koyadangbi, Nestor Naba et Denis Mpaka.

Ses masques sont déjà vendus à des centaines par jour, mais elle espère convaincre les autorités sur son engagement patriotique dans la lutte contre la Covid-19.

Z. Rosmon

Previous Next
Comments (0)

Laisser un commentaire